Roger Mousseau

Roger Mousseau. Je suis né de la terre à Chemillé, dans le Maine et Loire, en 1952. J’ai été adopté par la mer à Saint-Nazaire en 1987. Je suis bricoleur dans mon cabanon. Et ce qui en sort n’a de sens que par la médiation de l’autre, des autres, de celles et ceux qui regardent, touchent, s’émeuvent.

Je travaille le bois, le fer, le caoutchouc, le plastique, le verre juste pour l’envie et le plaisir de travailler la matière, de lui donner forme, sens, vitalité. Trouver dans la matière même, dans sa texture, dans sa couleur, dans ses nervures, dans ses blessures, dans son histoire, les chemins d’une « parole » possible : qu’est-ce que ce bout de matière inerte dit, fait dire, fait entendre.

Je regarde, palpe, étire, pétrit, mélange, associe, découpe, superpose, colorie. La matière résiste ou cède, se prête ou se refuse. Je feinte, j’esquive, me soumet, me rebelle. Ça craque, ça éclate, et dans les déchirures, les coulures, se forme un « mot », un « cri », un « soupir », un « sourire ». La matière parle et je l’écoute.

Roger Mousseau nous invite « autour d’un vers », à partager entre amis, sans modération. Pour échanger sur la vie de tous les jours. Ou sur ses instants les plus marquants, joyeux ou tristes. Une conversation loin des propos académiques ou des discours dogmatiques. Les mots sont ici travaillés comme la terre du laboureur, ou du potier, ou du sculpteur. Comme le fer, le bois, le caoutchouc ou le verre que Roger Mousseau aime aussi à transformer.

Les mots sont matière, biseautés, ciselés, burinés, éclatés, polis. L’auteur nous laisse à croire qu’il couche « les mots, le soir venu, et qu’ils s’arrangent entre eux pour dire ce que l’âme a à rire ou à pleurer ».

Mais derrière cette humilité naïve se cache un travail d’écriture qui fait vibrer les émotions.

Tous les livres de Roger Mousseau sont disponibles en cliquant ici…

Laura Moreau et Cathy Pupin

Laura Moreau aime être dans la lune ! Et quand elle en revient, elle retranscrit ce qu’elle y a découvert sous forme de petites histoires à raconter au coin du feu. Pour elle, l’imaginaire et la parole sont tellement riches et puissants qu’ils peuvent emmener, transporter, faire voyager… Elle s’exerce donc à l’art de conter pour que chaque oreille puisse trouver l’essence même de l’histoire. Le Torticolis de la lune lui est donc apparu, d’un coup, au coin d’une pensée et au détour d’un rêve, et c’est avec plaisir qu’elle vous le fait découvrir…

 


Cathy Pupin s’est formée aux arts plastiques, à la scénographie et aux arts de la marionnette en France et au Guatémala. Elle aborde la création artistique sous diverses formes : elle conçoit, illustre des documents scientifiques, des thématiques sociales et culturelles, littéraires et poétiques. Elle crée des marionnettes, décors, accessoires pour le spectacle vivant et l’exposition, et réalise des expositions et des installations éphémères dans l’espace public. Son travail est visible ici. Elle a capté à merveille l’univers du Torticolis de la lune et a su le mettre en forme et en couleur avec beaucoup de douceur et d’émotion.




Tous les livres de Laura Moreau et Cathy Pupin sont disponibles en cliquant ici…

Eddy Bonin

Eddy Bonin. Pour vous faire partager mes coups de cœur et peut-être aussi quelques-uns de mes écrits ou autres nouvelles…

En août 2014, à l’apéro au Pays Basque, je me suis dit qu’il était enfin temps de prendre un peu plus de temps pour moi. Après plus de 30 ans dans le milieu de la musique, tout en continuant mes activités de Manager, Tourneur, Producteur… au sein du Comptoir Musical, j’allais me remettre à écrire et reprendre ce que j’avais laissé en plan depuis quelques années… Depuis octobre 2014, j’ai participé à quelques concours de Nouvelles, avec un certain plaisir. J’attends les appréciations avec impatience. Pour 2015, d’autres projets plus ambitieux sont en cours…wait and see !

Dès 1983, participation et création de plusieurs Fanzines et Magazines Rock : – LE CRI DU GLAIVE (St André des Eaux – 44) / PQ (Nantes – 44) / LE JOYEUX (Nantes – 44) / METAL ATTACK (Paris – 75) / METALMANIA (Italie – Sicile) / HARD FORCE (Paris – 75) / LE SONAR (Challans – 85) / TOHU BOHU (Nantes – 44) / Chroniqueur pour le Magazine Francofans.

Tous les livres de Eddy Bonin sont disponibles en cliquant ici…

Laurent Boutin

Laurent Boutin, ex-batteur des Dileurs, raconte son expérience du rock alternatif dans « Plus de bruit » aux éditions du Joyeux Pendu.© DR

Dans son roman Plus de bruit, le batteur nazairien Laurent Boutin livre une introspection du rock alternatif. À l’image de son groupe, dont l’ascension fut aussi rapide que la chute fut violente. Dans son roman Plus de bruit , Laurent Boutin propose un plongeon dans la mouvance punk, fin des années 1980, en banlieue parisienne. Il était alors batteur des Dileurs, un groupe de rock alternatif, dont l’ascension, jusqu’à sa chute, n’aura duré que trois ans. « C’est en apprenant, il y a cinq ans et par hasard, la mort d’Éric Dileurs que j’ai eu envie de revenir sur ces années délirantes, explique le musicien. Éric était le chanteur de notre groupe qui portait son nom. Sa mort a été pour moi un déclic. » Foudroyé en plein succès. La matière première pour relater sur ces années riches en événements et en rebondissements ne manquait pas. « J’avais l’histoire dans les détails et je ne savais pas quoi en faire, poursuit le batteur. Il m’a fallu quelques années de travail pour la mettre à plat et la sortir enfin. »

Plus de bruit s’inspire de faits réels, seuls les noms ont été changés. Le roman démarre à toute vitesse, alors que le groupe cherche un batteur pour « tenir la baraque ». Le courant passe entre le chanteur, personnage central issu des « banlieues pourries », et le batteur, vrai musicien issu « d’un milieu bourge ». La rencontre de « ces deux personnalités, pourtant opposées en tous points », permet d’accélérer le succès des Dileurs grâce à leur complémentarité. Leur ascension est rapide. Ils gravitent parmi les groupes déjantés de l’époque : Mano Negra, les Rats ou Bérurier noir. Un quotidien ponctué « de répétitions, de fêtes, de plans foireux… » Et un premier concert, trois mois après leur rencontre. Il a lieu lors de la Fête de la musique, sur une place parisienne : « Sept titres pliés en vingt minutes », un peu l’esprit des formations punk de l’époque.

Le livre retrace l’aventure d’un groupe dans les années 1980 où sexe, drogue et rock’n’roll étaient souvent indissociables. Un milieu essentiellement masculin, où les musiciens, très soudés, passent le plus clair de leur vie ensemble. Le charisme, la tchatche et les provocations du chanteur s’avéraient être efficaces sur scène, mais rapidement, son rapport à la drogue prenait le dessus, le rendant insupportable. « Comme dans un couple, notre relation s’est dégradée, relate le batteur. On est passé de l’amour à la haine. » Au fil des tournées, des heures passées dans le camion, des rapports de plus en plus tendus entre les deux leaders, le groupe se sépare, foudroyé en plein succès. « Une séparation brutale, mais inévitable, ajoute le batteur. Ce chanteur avait pourtant tout pour plaire et réussir. » Plus de bruit , de Laurent Boutin. Paru fin février 2019, aux éditions du Joyeux Pendu. 254 pages. 19 €. — Michel GODIN. Ouest-France

Tous les livres de Laurent Boutin sont disponibles en cliquant ici…

Jamie Shanna

Demain t’appartient est un roman d’espoir, d’amour, d’émotions, de suspense avec une note philosophique. L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir sur de nombreux thèmes que la vie nous offre.

Océane, 26 ans, vient de perdre sa mère et décide de marcher sur les traces de son père en se rendant dans sa ville natale, Montréal du Gers. Elle comprend très vite qu’elle n’est pas la bienvenue et s’aperçoit que les habitants restent mystérieux au sujet de son père. Les personnes qui vont croiser sa route l’incitent à renoncer à vouloir déterrer les vieux démons du passé. Océane pense qu’on lui cache des choses et se montre encore plus déterminée, décidée à ne pas abandonner. Seulement, rien ne va se passer comme elle l’avait imaginé. Elle va se retrouver au cœur d’une histoire qui va déterrer un secret bien gardé depuis plusieurs années. Après avoir traversé des périples, cette expérience va permettre à Océane d’en ressortir grandie, transformée et plus forte. Elle continuera sa route et avancera dans l’ouverture de son cœur, en apportant chaque jour le meilleur.

J’ai choisi de construire le scénario sur une base de dialogues avec très peu de scènes de décor pour garder une dynamique tout au long de l’histoire, m’intéressant particulièrement aux émotions, ressentis et interrogations des personnages. Ma plus belle expérience a été de me glisser dans la peau de chacun d’eux et de m’y laisser surprendre. A travers ces dialogues, j’ai eu la liberté d’aborder plusieurs sujets tels que : la recherche d’identité, le choix de sa vie, vivre ses rêves, les schémas de société, le jugement, l’homosexualité, le mariage, l’adultère, la mort, la destinée des êtres humains avec des nuances différentes, parfois plus légères, parfois plus profondes, apportant un nouveau regard ou suscitant quelques réflexions.

J’ai également mis l’accent sur 2 thèmes :

  • la destinée de la femme
  • la liberté

Qui a dit que la femme devait se réaliser à travers la maternité et le rôle d’épouse ? Sommes-nous libres d’inventer notre vie ? La liberté, sujet faisant référence au titre « Demain t’appartient » car demain est un nouveau jour pur qui ne demande qu’à s’écrire. Demain reste à venir, à nous de le dessiner, de le colorer, de le rendre meilleur… mais aussi le surlendemain et les jours suivants.

J’ai participé à la création de la couverture du roman. La fenêtre ouverte sur l’océan représente l’ouverture du cœur à la vie. Telle l’image d’une vague, la vie est mouvement. L’envol d’oiseaux évoque la liberté. Les empreintes dans le sable symbolisent les traces du passé derrière nous pouvant se dissiper, s’estomper lorsque ce passé devient trop lourd. Vagues après vagues, les blessures s’éloignent, s’effacent, la mer les emportent. Les vents de la vie balayent la poussière de la souffrance. Les livres car la bibliothèque est un élément clé dans l’histoire.

Biographie de l’auteur:

  • Repérée par ses textes de chansons, récompensée par 3 médailles d’argent et 1 médaille d’or décernées par le Scribe d’Opale.
  • Publication d’un recueil de poésie « Extraits de vie ».
  • Reconnue et publiée à plusieurs reprises dans les Anthologies poétiques de Flammes Vives.
  • Membre du jury, rubriques Poésie et Nouvelles. Éditions du Petit Pavé.
  • Créations et mises en scène de scénarios musicaux.
  • Elle est la créatrice d’une méthode adaptée permettant à des personnes handicapées, déficientes mentales d’interpréter sur scène des spectacles musicaux.
  • Elle nous surprend par l’arrivée de ce roman.
  • Très prochainement, livre audio de « Demain t’appartient » interprété à plusieurs voix.

Contact : jamieshannaatyahoo.fr

Tous les livres de Jamie Shanna sont disponibles en cliquant ici…

Jean-Daniel Jolly Monge

Jean-Daniel Jolly Monge. Je suis né à Santiago du Chili, en 1958. Mon grand-père maternel connaissait bien la France sans y être jamais venu : passionné de cartographie, il dessinait lui-même ce pays région par région, matérialisant ainsi le résultat de ses recherches.

Pour ma part j’ai parcouru la France à la bibliothèque de l’Alliance Française, au pied de la cordillère des Andes, sur des albums en noir et blanc et en héliogravure. Ensuite j’ai vu au cinéma l’ Enfant sauvage de François Truffaut et une vieille tante m’a offert la Princesse de Clèves : il me fallait absolument vivre au pays de cette langue-là, et de cette princesse aussi. D’ailleurs mon père avait fait des langues son métier. Il officiait comme interprète simultané d’un ami d’enfance devenu Président de la République. Le 11 septembre 1973 pendant les bombardements il est venu me réveiller en larmes parce que Salvador Allende était mort.

Mon enfance fut donc chilienne, d’océan Pacifique et d’Aconcagua. Après l’adolescence je suis parti volontairement à Paris.

Après une projection parisienne de Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman, je suis entré à la Femis et je suis reparti avec mon diplôme, loin de Paris, pour réfléchir à ce que j’allais en faire. J’avais une adresse dans le sud de la France qui est devenue la mienne pendant quinze ans, celle de Lanza del Vasto qui enseignait la non-violence gandhienne et en témoignait par la fondation des communautés de l’Arche.

Depuis, à travers cette nouvelle vie, j’ai participé à la réédition des oeuvres de Lanza et Luc Dietrich augmentées de nombreux inédits, tourné quelques films documentaires autour de la jeunesse ou le message de figures telles que Thérèse Couderc et Thérèse de Lisieux.

J’interviens aussi régulièrement auprès d’étudiants sur le scénario et sa dramaturgie. Je donne toujours à mon appareil photo de quoi lui permettre d’alimenter le sujet en cours avec humanité. Aujourd’hui il s’agit d’ une série sur les personnes démunies et accueillies dans différentes associations.

Avec leur accord bien entendu, et dans un cadre qui réserve les droits de reproduction aux organismes qui m’ont ouvert leurs portes. Secours Populaire, Saint Vincent de Paul, Emmaüs, etc.

Tous les livres de Jean-Daniel Jolly Monge sont disponibles en cliquant ici…

Alan Conan

Je m’appelle Alan Conan et je suis né en 2002. Pour vous traduire la façon particulière dont je perçois la vie et toutes les émotions qu’elle déclenche, j’écris des BDs depuis l’âge de 5 ans. 

Alors que j’avais douze ans, j’ai eu la chance de rencontrer Christophe Massonneau des éditions Sokrys qui m’a proposé de créer une histoire de toutes pièces et de réaliser un album destiné à un public s’étendant au delà du cadre familial. C’est ainsi que sont nés « Les Chats », une saga trépidante mettant en scène mes propres chats dans des aventures extraordinaires. 

Auto édité depuis 2016 en grande partie grâce à des donateurs, je viens de sortir mon quatrième album, « Les Chats et la Fin du Monde », et je serais très heureux de vous le présenter aux salons ou sur d’autres événements culturels. Il faut dire que pour moi, les dédicaces sont importantes. Elles sont l’occasion d’échanger avec les lecteurs et de prendre ma place peu à peu dans notre monde.

Mes livres s’adressent à un large public. Les petits y verront des histoires rigolotes avec des dessins un peu comme les leurs, les moyens liront jusqu’à la fin pour savoir comment finit cette drôle d’histoire et les grands, s’il sont curieux, découvriront un vrai divertissement et l’imaginaire d’un jeune un peu différent.

Tous les livres de Alan Conan sont disponibles en cliquant ici…

Laurent Ouisse

Laurent Ouisse. Depuis plusieurs années, Laurent Ouisse a développé un travail photographique sur les deux mégapoles indiennes que sont Delhi et Mumbai. En plongeant au cœur des rues, des banlieues, des périphéries de cette Inde urbaine et contemporaine, le photographe a réalisé un authentique « street movie ». Au regard de ces photographies, la population devient paysage, comédie, chorégraphie vibrante de mille nécessités. « Les Indiens ont inventé la fluidité dans le chaos et l’inverse » nous dit-il. Ce diptyque explore le maelström qu’exhibent sans fard Delhi et Mumbai. En Inde, les chiffres galopent comme des chevaux échappés, à elles deux, elles représentent plus de la moitié de la population française. L’une est océane et l’autre terrienne, chacune a sa poésie de boulevard et quai en propre.

Tous les livres de Laurent Ouisse sont disponibles en cliquant ici…

Erwan Le Gall

Erwan Le Gall. Titulaire d’une maîtrise d’histoire (mention très bien) soutenue en 2000 et d’un master 2 recherche (mention très bien) soutenu en 2012, Erwan Le Gall travaille plus particulièrement sur la violence infligée, notamment lors des deux conflits mondiaux, ainsi que sur les problèmes liés à la mémoire collective. Actuellement, ses recherches portent essentiellement sur la Première Guerre mondiale et plus particulièrement sur le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, sujet d’un doctorat entrepris à l’Université Rennes 2 sous la direction de Luc Capdevila. Erwan Le Gall a travaillé dix années dans un établissement public sous tutelle du Ministère de la Défense en tant que chargé de mission sur les questions mémorielles, ce qui l’a amené par la suite à assurer de nombreuses missions d’ingénierie culturelle, notamment dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale. Parmi ses réalisations les plus marquantes, on peut ainsi mentionner l’exposition Pour la Liberté des peuples et la Démocratie. Le corps expéditionnaire américain pendant la Première Guerre mondiale / For the Freedom of Peoples and Democracy. The American Expeditionary Force in the First World War présentée du 24 juin au 1er juillet 2017 sur le paquebot Queen Mary 2 et dont il a assuré le commissariat ou le webdocumentaire A bientôt de vos nouvelles. Correspondance de 8 poilus bretons dans la Grande Guerre dont il a assuré en 2015 la direction scientifique. (Extrait du En Evor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne )

Tous les livres de Erwan Le Gall sont disponibles en cliquant ici…

Christian Morinière


 
Christian Morinière est professeur agrégé d’économie ( à la retraite ). Président de l’association Aristide Briand et de Saint-Nazaire Histoire, Christian Morinière a été commissaire de nombreuses expositions. Il c’est aussi investi dans le domaine de la communication et de l’événementiel.

Tous les livres de Christian Morinière sont disponibles en cliquant ici…