Roger Mousseau

Roger Mousseau. Je suis né de la terre à Chemillé, dans le Maine et Loire, en 1952. J’ai été adopté par la mer à Saint-Nazaire en 1987. Je suis bricoleur dans mon cabanon. Et ce qui en sort n’a de sens que par la médiation de l’autre, des autres, de celles et ceux qui regardent, touchent, s’émeuvent.

Je travaille le bois, le fer, le caoutchouc, le plastique, le verre juste pour l’envie et le plaisir de travailler la matière, de lui donner forme, sens, vitalité. Trouver dans la matière même, dans sa texture, dans sa couleur, dans ses nervures, dans ses blessures, dans son histoire, les chemins d’une « parole » possible : qu’est-ce que ce bout de matière inerte dit, fait dire, fait entendre.

Je regarde, palpe, étire, pétrit, mélange, associe, découpe, superpose, colorie. La matière résiste ou cède, se prête ou se refuse. Je feinte, j’esquive, me soumet, me rebelle. Ça craque, ça éclate, et dans les déchirures, les coulures, se forme un « mot », un « cri », un « soupir », un « sourire ». La matière parle et je l’écoute.

Roger Mousseau nous invite « autour d’un vers », à partager entre amis, sans modération. Pour échanger sur la vie de tous les jours. Ou sur ses instants les plus marquants, joyeux ou tristes. Une conversation loin des propos académiques ou des discours dogmatiques. Les mots sont ici travaillés comme la terre du laboureur, ou du potier, ou du sculpteur. Comme le fer, le bois, le caoutchouc ou le verre que Roger Mousseau aime aussi à transformer.

Les mots sont matière, biseautés, ciselés, burinés, éclatés, polis. L’auteur nous laisse à croire qu’il couche « les mots, le soir venu, et qu’ils s’arrangent entre eux pour dire ce que l’âme a à rire ou à pleurer ».

Mais derrière cette humilité naïve se cache un travail d’écriture qui fait vibrer les émotions.

Tous les livres de Roger Mousseau sont disponibles en cliquant ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *