Mark Kerjean

Mark Kerjean

Mark Kerjean vit à Brest, où il est né par distraction. Poète, il l’est, ou il le fut, sans excès (Hopala !, Realpoetik, Littérales, Lichen, 17 secondes, Revue Méninge.) Nouvelliste, il a participé à l’aventure de la revue «Aaaarg !», trois fois (N°3, 8 et 10.) Primo-romancier, comme disent les journaux, il l’avoue, et le prouve en se jetant dans l’arène avec la publication de son roman « Les corps sont plus lourds que les cœurs brisés » aux Editions Goater Noir. Si vous lui demandez qui sont ses Maîtres, à l’unisson de Tchouang-Tseu il pourrait vous répondre : « Le vent et la putain, la vierge et l’enfant, le lion et l’aigle » ; mais il n’en fera rien. D’ailleurs, vous ne lui poserez même pas la question.

Les corps sont plus lourds que les cœurs brisés par Mark Kerjean Les corps sont plus lourds que les cœurs brisés.

Jonas Garripal est un homme qui fuit, et se fait rattraper. Sa vie, par un détour inattendu, se mue soudain en combat – lui qui paraît pourtant si démuni pour un tel engagement – un combat dont l’enjeu est, de prime abord, la possession de Bulle, sa compagne ; mais le véritable enjeu n’est-il pas plutôt son propre salut ? Car Jonas doit se disculper d’une série de meurtres qu’il n’a d’évidence pas commis ; il entre alors en rivalité avec son destin, un destin qui a pour nom Daniel Sally :

« De la part de Sally, je redoutais le pire, car lui savait ce qu’il faisait, ou quelqu’un, quelque chose en lui le savait. Il était malveillant, et possédait de surcroît l’intelligence du mal : une intelligence étrange et infaillible laissant en général ses victimes totalement démunies. C’est une disposition néfaste, un don, une soif, un désir œuvrant sans cesse, une pulsion, un instinct… Certains s’en font une vocation. La perspicacité qui en résulte est en définitive celle d’un flair, à l’égal de celui des truies dressées à fouailler la terre de leurs groins pour débusquer les pépites odorantes des truffes. Et celui qui cherche trouve. Vous trouve. »

Un premier roman se déroulant dans une ville étrange, une ville où les troquets ont la beauté des usines la nuit. Mark Kerjean, poète, nouvelliste et romancier résidant à Brest a publié dans de nombreuses revues (Aaarg !, Hopala !, Realpoetik, Littérales, Lichen, 17 secondes, Revue Méninge). « Les corps sont plus lourds que les cœurs brisés » est son premier roman.

20.00 €
Quantité